Les PlantagenĂȘts - Le site des passionnĂ©s d'histoire

Les PlantagenĂȘts

Les PlantagenĂȘts sont une dynastie angevine issue des IngĂ©lgĂ©riens qui furent comtes d’Anjou, comtes du Maine puis ducs de Normandie, ducs d’Aquitaine et rois d’Angleterre par le mariage, fondant ainsi un empire franco-anglais qu’on a aussi appelĂ© l’espace PlantagenĂȘt. Vassaux des rois de France pour leurs possessions continentales, ils n’en sont pas moins longtemps plus puissants que leurs suzerains capĂ©tiens avec qui ils entreront en rivalitĂ©, dĂ©clenchant par lĂ  la fameuse guerre de 100 ans ou plutĂŽt guerre de 300 ans (XIĂš-XVĂšme siĂšcles) voire guerre de 700 ans jusqu’Ă  l’entente cordiale entre la France et l’Angleterre.

L’origine du nom PlantagenĂȘt remonte au surnom personnel de Geoffroy V, comte d’Anjou et du Maine (1128-1151) et fait peut-ĂȘtre allusion au genĂȘt que celui-ci portait Ă  son chapeau. C’est par son mariage avec Mathilde l’emperesse en 1128, fille d’Henri Ier Beauclerc, roi d’Angleterre et veuve de l’empereur du Saint-empire Henri V que Geoffroy permit Ă  son lignage d’accĂ©der Ă  la royautĂ© et d’Ă©chapper Ă  la suzerainetĂ© des rois de France pour certaines de ses possessions. Ce n’est pas immĂ©diatement que l’empire PlantagenĂȘt fut crĂ©Ă© et Geoffroy dut rĂ©primer des rĂ©voltes en Anjou et combattre en Normandie avant de se proclamer duc de ce duchĂ© et il appartiendra Ă  son fils Henri II PlantagenĂȘt de se faire reconnaĂźtre hĂ©ritier d’Etienne de Blois qui avait usurpĂ© la couronne d’Angleterre avant de lui succĂ©der en 1154.

Ce fut une erreur monumentale de Louis VII que de divorcer d’AliĂ©nor d’Aquitaine, hĂ©ritiĂšre du duchĂ© d’aquitaine,Plantagenet_Empire malgrĂ© les conseils de son principal conseiller l’abbĂ© Suger. La cause en est son infidĂ©litĂ© supposĂ©e avec son oncle Raymond de Poitiers, prince d’Antioche, infidĂ©litĂ© discutĂ©e par les historiens et ramenĂ©e rĂ©cemment au rang d’incident par l’historien mĂ©diĂ©viste Jean Fiori.

A petite cause, grands effets… Le remariage de la princesse d’Aquitaine avec Henri II va donner Ă  leur postĂ©ritĂ© le tiers de la France en fief et lui permettre de fonder un empire anglo-angevin qui causera mille tourments Ă  la couronne des capĂ©tiens. Deux des fils d’Henri II et d’AliĂ©nor leur succĂšderont Ă  la tĂȘte de leur empire, Richard Ier dit Coeur de lion dont la mort stupide en 1199 d’un trait d’arbalĂ©trier lors du siĂšge d’un chĂąteau oĂč il croyait trouver un trĂ©sor dut bien soulager son ennemi intime le roi de France Philippe II Auguste, et Jean Sans terre dont le rĂšgne dĂ©sastreux soulagea un temps les capĂ©tiens.

Leur succĂ©dĂšrent Henri III (1216-1272),le vaincu de Saintes en 1242 face aux troupes capĂ©tiennes de Saint-Louis, Edouard Ier (1272-1307), qui mit la main sur le Pays de Galles et l’Ecosse et qui est le cruel grand roi de Braveheart, Edouard II (1307-1327), l’Ă©poux homosexuel d’Isabelle de France, fille de Philippe le bel, la louve de France des rois maudits et Edouard III (1327-1377) qui dĂ©clencha la guerre de cent ans en revendiquant la couronne de France comme le plus proche descendant mĂąle du roi de fer aprĂšs la mort des trois fils de celui-ci sans hĂ©ritier mĂąle et qui infligea aux premiers capĂ©tiens de trĂšs lourdes dĂ©faites Ă  CrĂ©cy et Poitiers puis Richard II (1377-1399), son petit-fils et fils d’Edouard, prince de Galles, le fameux prince noir qui ne rĂ©gna jamais en raison de la longĂ©vitĂ© du rĂšgne d’Edouard III et fut le dernier PlantagenĂȘt direct avant d’ĂȘtre renversĂ© par son cousin germain, le duc de Lancastre qui devient Henri IV d’Angleterre, fondant ainsi la maison de Lancastre.

Cette dynastie eu ses heures de gloire avec le triomphe d’Henri V Ă  la bataille d’Azincourt, “la triste journĂ©e d’Azincourt” des chroniqueurs français et les dĂ©but du rĂšgne d’Henri VI sous la rĂ©gence du duc de Bedford avant d’ĂȘtre Ă©vincĂ©e du pouvoir par la maison d’York Ă  l’issue de la guerre des deux roses oĂč Edouard IV fut le dernier roi d’Angleterre Ă  relever le nom de PlantagenĂȘt, nom que les Tudors abandonnĂšrent bien qu’Ă©tant eux mĂȘme un rĂ©sidu des Lancastres.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *