Epitaphe du cardinal de Richelieu - Le site des passionnés d'histoire

Epitaphe du cardinal de Richelieu

Le cardinal de Richelieu avait pour habitude de stipendier des Ă©crivains ou des libellistes Ă  sa  gloire. Mais parfois, ceux-ci s’estimaient insuffisamment rĂ©compensĂ©s pour leur talent et se retournaient contre lui. D’autres adoptèrent une attitude de neutralitĂ© envers sa mĂ©moire, ne pouvant se retourner du jour au lendemain contre celui qui les avait nourri. Ce fut le cas d’un gentilhomme normand, Isaac de Benbserade qui finit acadĂ©micien sous Louis XIV. On sait que Richelieu avait crĂ©Ă© l’acadĂ©mie française en 1634 mais il estimait Benserade trop jeune pour l’y faire entrer. D’oĂą l’Ă©pitaphe aigre-douce que celui-ci fit du cardinal.

Cy-gist, oui, gist, par la mort-bleu !
Le cardinal de Richelieu ;
Et ce qui cause mon ennui,
Ma pension avec lui.
Ci-gît un fameux Cardinal
Qui fit plus de mal que de bien
Le bien qu’il fit, il le fit mal
Le mal qu’il fit, il le fit bien.

Ce qui, repris par des satiristes après lui, donna;

Qu’on parle en mal ou bien du fameux Cardinal,
Ma prose ni mes vers n’en diront jamais rien :
Il m’a fait trop de bien pour en dire du mal,
Il m’a fait trop de mal pour en dire du bien.

Cette satire a été attribuée par certains à Cornbeille, le fameux dramaturge.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *